Quitter un club de Taekwondo ou s’embrouiller avec l’un de ses dirigeants, cela arrive. Mais quand, à la suite de cela, vos anciens camarades ne vous adressent plus la parole à l’extérieur ou dans la vie de tous les jours, cela ne s’appelle plus de la solidarité, mais de la manipulation. Il est temps de pointer du doigt ce problème qu’ont rencontré beaucoup de pratiquants…

Pourquoi cet article ?

C’est un sujet original que l’on peut rencontrer dans tous les sports… Mais surtout les sports où le « partisan-isme » (mot inventé désolé 🙂 ) et la manipulation sont les plus propices à exister.

Et dans ce « partisan-isme », on rencontre les groupes où se créent un pouvoir, une direction et une hiérarchie.

Et non je ne parle pas des partis politiques ! Je parle des arts martiaux, eh oui.

Ce sont des témoignages nombreux et récurrents que j’ai pu recueillir tout au long de ces années qui m’ont incité à prendre la plume. Et ces personnes viennent d’horizons différents : arts martiaux (judo, karaté, taekwondo, capoeira…), danse, monde de l’entreprise…

Une chose se dégage de tous ces témoignages recueillis auprès de ces victimes : ce retrait des « œillères » qui leur empêchait de voir la réalité en face… La déception d’une ou plusieurs personnes idéalisée(s), parfois vénérée(s)… Pour ensuite tomber de haut et retomber dans la réalité.

Parfois, on déplore des répercussions graves sur la santé morale ou psychologique d’un individu : mise à l’écart, exclusion, rabaissement, humiliation, insultes, disputes, règlement de compte, dépression, arrêt total du Taekwondo ou de la pratique sportive…

Ces conséquences ont pour origine ce sectarisme et la manipulation d’un groupe d’individus qui gravitent (par intérêt, par calcul ou par naïveté souvent) autour d’un enseignant ou un corps directeur, que je qualifierai de « gourous ».

L’objectif de cet article est donc de donner un nom à ces 2 maux qui sévissent dans le monde des arts martiaux, mais surtout de faire prendre conscience à la communauté et la rendre plus méfiante, plus apte à détecter désormais les manipulations et les conspirations dans le Taekwondo.

Mais surtout, cet article servira d’avertissement aux pratiquants naïfs en manque de reconnaissance et à la recherche du « mentor ». Il est temps désormais d’arrêter cette idéalisation de personnes qui ne sont que des êtres humains comme vous et moi.

Ce qui va suivre est essentiellement destiné à celles et ceux qui pratiquent le Taekwondo, mais peut servir de conseil à d’autres personnes quelle que soit leur situation.

Et pour argumenter mon propos, je vais vous rappeler quelques définitions en soulignant les mots-clés importants qui vont vous frapper à l’esprit…

Qu’est-ce que le sectarisme ?

Définition :

SECTARISME : État d’esprit, comportement d’une personne ou d’un groupe de personnes sectaires.
Synonymes :  fanatisme, intolérance…
Contraires : éclectisme, libéralisme, tolérance…

SECTAIRE : Qui fait preuve d’intolérance plus ou moins agressive et d’étroitesse d’esprit à l’égard des opinions religieuses, philosophiques ou politiques d’autrui. Partisan fanatique et intolérant d’un système quelconque.

Qu’est-ce qu’un gourou ?

Définition :

GOUROU : Maître d’une secte, qui se sert de son influence et de manipulations, généralement sur fond de théories religieuses ou partisanes, […] pour asservir des personnes, qu’il appelle disciples, pour obtenir des faveurs financières, politiques ou sexuelles.

Manipulé(e) ou manipulateur(trice) ?

Si vous avez fait attention à tous ces mots-clés soulignés, cela a du clairement vous rappeler une situation que vous avez du rencontrer… Très certainement dans le monde de l’entreprise et dans votre boulot, ou dans votre club. Ou parfois, pas en tant que victime, mais en tant que manipulé(e).

Méfiez-vous du célèbre dicton : « Il faut diviser pour mieux régner ». Le Taekwondo et les arts martiaux n’échappent pas à ce triste constat et à cette citation.

Le sectarisme gangrène beaucoup le milieu du sport, encore davantage dans les arts martiaux, dans lesquels on essaie de transposer une vision « partisane » de la pratique avec ses « codes d’honneurs » et son orgueil tous droits sortis de légendes absurdes ou contes du cinéma asiatique.

Le sectarisme naît grâce à une ou des personnes avides d’intérêts et de pouvoir, et puise son énergie dans un environnement de personnes fragiles intellectuellement, en manque de reconnaissance ou flattées en permanence… et donc facilement manipulables.

L’enseignant manipulateur a besoin de soutiens et d’alliés pour asseoir son pouvoir et son influence. Si cela vous parle, vous vous rendrez compte que ce « gourou » n’est jamais seul : souvent entouré de « chiens de gardes » bienveillants chargés de faire le boulot de pions (appelés officiellement : « assistants »). Et quand un problème arrive, il appelle à la rescousse ses molosses afin de déporter son propre conflit, pour ne pas avoir à se salir les mains.

Et s’il n’a pas de molosses à disposition, alors il va créer des alliances et se rapprocher avec un ou plusieurs licenciés pour pouvoir installer une relation particulière et privilégiée.

La personne « manipulée » ne se rend pas compte et s’embarque dans une situation qui’il regrettera sûrement un jour car il va se mettre à prendre parti… Et ne plus être objectif.

Ce qui est à déplorer, ce n’est pas le manipulateur. C’est la personne manipulée. Et ATTENTION ! Peut-être que VOUS lecteur(trice), vous serez cette personne manipulatrice.

Ne lisez pas cet article avec automatiquement le potentiel statut de victime.

Quelques signaux qui ne trompent pas

Une célèbre citation nous dit : « Ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse ».

Mon article est universel et nous invite, tous, à méditer sur ce danger :

PAROLES:

  • « Faites comme moi : ne lui adressez pas la parole non plus, et détestons-le »…
  • « Tu n’es pas solidaire, pourquoi ne prends tu pas parti pour défendre ton maître ? »…
  • « C’est un traître qui a transgressé nos règles de notre club et notre association »…
  • « Dans la culture des arts martiaux, vous devez obéir au maître sans discuter »…

SITUATIONS :

  • Votre enseignant se met à vous faire des cadeaux ou vous donne des avantages en dehors du regard des pratiquants,
  • Vous remerciez votre professeur ou maître par de l’argent, en échange des conseils de progression qu’il vous donne 
  •  Votre enseignant ou l’un des membres de la direction du club vous donne de plus grandes responsabilités hiérarchiques, un plus grand pouvoir,
  • Un élève, assistant ou enseignant se met à vous dire du mal d’une personne et à casser du sucre sur son dos,
  • Un élève, assistant ou enseignant se met à vous faire faire de sales besognes à sa place,
  • Vous êtes mis(e) en avant en public, davantage que les autres,
  • Vous vénérez et idéalisez un peu trop les enseignants doués pour « l’élocution », la « poésie » et la « philosophie »
  • Vous vous liez (beaucoup trop) d’amitié avec l’un des membres de l’équipe dirigeante, surtout l’enseignant, et trop rapidement…

Etc, etc…

En sociologie, ce genre de situations serait très intéressant à étudier. Et particulièrement en France, pays où la naïveté est une caractéristique propre de ses habitants.

Ce n’est pas l’art martial ou le sport qui sont en cause, mais ceux qui enseignent ou qui dirigent les clubs, en y amenant certaines idéologies ou visions partisanes.

La plupart des clubs en France sont des associations 1901 : un président fait appel aux services d’un enseignant (même s’il est maître) qui se doit de respecter le bien-être et le respect de ses élèves.

Or, comme le témoigne Emilie (une pratiquante ceinture rouge), c’est parfois la situation inverse qui se produit : c’est le maître qui dirige et gouverne le club à lui tout seul, tous les pouvoirs lui sont concentrés sur fond de chantage. Et tout le monde doit se la boucler en cas de problème.

Le président, censé instaurer une politique d’ordre et d’organisation du club, n’est alors qu’une « façade administrative » (Oh! Vous vous reconnaissez ? Pardon mais c’était… totalement volontaire).

Obéissance sans discuter

Selon un autre récit de Franck (un jeune pratiquant débutant), celui-ci s’était plaint de cette prise de parti qu’on lui imposait parfois lors de conflits dans son club. Il désirait rester neutre et se concentrer sur sa pratique sportive. Voulant clarifier les choses avec son enseignant, celui-ci lui aurait alors répondu : « Vous savez à l’époque des samouraïs, on devait obéissance et solidarité au maître sans discuter ».

Le Taekwondoïste lui aurait répondu volontiers : « Oui Maître, mais à l’époque des samouraïs, on tranchait les têtes des autres et on s’entretuait… Ça veut pas dire que nous allons faire pareil! ».

L’époque des samouraïs est révolue, et nous sommes en France au 21ème siècle. Avec tout le respect que j’ai pour les arts asiatiques et orientaux.

Dans cette époque de divisions et de tensions grandissantes, le sport devrait rester le lieu où se réchauffent les relations et naissent des amitiés…

Mon conseil

Si tu te reconnais ou si tu as une expérience à nous raconter, témoigne dans les commentaires ou partage cet article… Et si tu es un de ces gourous ou un fauteur de trouble avide de complots, désolé de t’avoir grillé!  😉

Si tu es victime et que tu as claqué la porte d’un club, rassure-toi : tu n’étais pas à ta place et c’est tant mieux ! Va ailleurs, trouve-toi un enseignant ou un club qui ressemble à TES valeurs (ou un autre sport, même si c’est dommage de quitter le Taekwondo). Si tu es quelqu’un qui a besoin d’un maître ou d’un mentor, trouve-le ! Un vieux maître asiatique disait un jour : « Le Maître est devant vous, à vous de le trouver et le choisir« .
Ne te rabaisse pas à pleurer ton départ ou exclusion, ne troque pas ta dignité pour un vil acte d’aumône et de rédemption. Par contre, n’hésites pas à noter tout ce que tu entends ou ce qu’on te fait subir, interpelle des témoins prêt à te soutenir, rédige un courrier avec accusé de réception si tu es victime de pressions ou d’harcèlements.

Si tu es quelqu’un qui prend parti, y compris dans le monde du sport… Alors reprend la raison : tu es peut-être manipulé(e) sans t’en être rendu compte. Reste toujours neutre, indépendant et objectif. Ne juge pas l’un de tes camarades, ne te mêle pas des altercations des autres. Reste à ta place et sois méfiant. La manipulation peut se produire à n’importe quel moment. Lorsque que quelqu’un t’approche en parlant sur quelqu’un d’autre, demande-toi toujours où est son intérêt et qu’est ce que ça vient faire dans ta pratique et ton entraînement. Si malgré tout tu aimes comploter contre tes camarades, fais juste attention que la roue ne tourne pas en ta défaveur un jour…

Et plus généralement, gardons les pieds sur Terre. Pendant le temps où on se prend la tête pour des broutilles, vous perdez du temps précieux pour vous entraîner et progresser. Le Taekwondo est source de joie, de bien-être et de santé.

Le Taekwondo, c’est avant tout un sport… et une passion ! Mais prenez garde aux choses « trop » passionnées…

En espérant que cela t’aide, ami pratiquant.

 

(photo d’illustration : « La Secte de Richenou », le célèbre sketch des Inconnus parodiant les sectes et les gourous… Un sketch ô combien visionnaire)